Pour la correction des romans, autobiographies, e-books, l’intervention d’un correcteur professionnel permettra de vérifier que le texte est agréable à lire. Les fautes d’orthographe et erreurs de grammaire seront rigoureusement éliminées. La syntaxe devra être irréprochable pour garantir un style fluide. L’histoire que vous aurez créée ou retranscrite touchera plus facilement le lecteur, qui trouvera plus de plaisir à la découvrir et à s’y plonger.

Étape 1, à laquelle il ne faut surtout pas s’arrêter : la correction d’un roman n’est pas qu’une lecture plaisir

La difficulté, pour le correcteur, est de ne pas se laisser « prendre » par l’histoire qu’il découvre. Pour corriger un roman, il ne doit pas se limiter à prendre du plaisir à le lire ! Il ne doit pas seulement avoir un œil de lecteur. Il doit rester attentif en permanence, pour débusquer la moindre erreur d’orthographe, la plus petite « coquille », le moindre mot oublié, la moindre lettre manquante ou en surnombre. Savez-vous que cela entraîne une véritable « déformation professionnelle » ? Quand je lis « juste pour mon plaisir », je dois me faire violence pour faire la démarche inverse, laisser de côté l’œil du correcteur et me laisser aller dans le fil de l’histoire ou de l’intrigue.

Étape 2 : Il ne suffit pas d’améliorer l’orthographe pour faire une bonne correction de roman !

Comme pour n’importe quel texte, corriger les fautes d’orthographe d’un roman relève de l’évidence ! Mais la correction orthographique n’est pas tout ! Même s’il n’y a plus aucune faute, le texte peut être tout à fait indigeste, voire illisible ! Il y a d’autres paramètres à maîtriser, et un correcteur professionnel saura le faire, puisque c’est son métier !

La syntaxe de votre roman, autobiographie ou e-book

Dans la correction de romans, il peut être nécessaire de modifier des tournures de phrases maladroites, de réécrire certains passages pour qu’ils soient plus compréhensibles et d’une lecture plus plaisante. La syntaxe va au-delà de l’orthographe et de la grammaire. Les mêmes mots, orthographiés de façon identique mais ordonnés différemment dans la phrase, peuvent être plus difficiles à comprendre et, au mieux, moins agréables à lire. C’est comme pour les couleurs dans un tableau : les mêmes couleurs placées à des endroits différents peuvent ne pas être perçues de la même façon.

Correction de la grammaire de votre mémoire

Dans l’écriture d’un roman, la grammaire ne doit surtout pas être négligée. Un accord mal fait, et le sens d’une phrase peut être changé. La grammaire pose des jalons invisibles qui guident le lecteur.

Concordance des temps

Il faut savoir, pour une correction de roman, que la conjugaison contribue au style. L’auteur doit choisir les temps pour que son écrit soit cohérent. Faut-il utiliser le présent ou le passé ? Dans un texte majoritairement écrit au passé, peut-on, doit-on parfois utiliser le présent ? Il ne suffit pas de bien maîtriser la conjugaison et ses accords. Le style est directement influencé par les temps de conjugaison. Connaître les règles de la concordance des temps n’est pas suffisant. Choisir entre le conditionnel et le futur ne se fait pas au hasard. Savoir quand employer le subjonctif n’est pas forcément évident. Si vous avez des doutes, votre correcteur professionnel peut vous aider.

La correction de votre roman : votre premier lecteur

Les corrections de romans par un « œil extérieur », avant de les monter à tous les autres, est toujours une bonne chose. Quand votre roman sera publié, vous ne pourrez plus revenir en arrière ! Votre correcteur professionnel n’est pas là pour porter un jugement sur ce que vous avez écrit. Il va juste essayer de faire en sorte que votre roman soit, autant que faire se peut, apprécié de tous. Il va s’occuper des derniers petits réglages pour que le moteur tourne rond et fasse un joli bruit. Plus de maladresses, plus d’incertitudes sur l’orthographe, la grammaire et la concordance des temps, qui viendraient parasiter la lecture plaisir.

Conclusion sur la correction des romans

Les corrections de romans sont toujours des rencontres. Ce sont le plus souvent des moments de bonheur ! C’est émouvant, surtout quand il s’agit de romans autobiographiques. J’ai le souvenir d’un auteur qui m’avait confié le sien, avec beaucoup d’humilité, presque en s’excusant de ne pas avoir fait beaucoup d’études… Il était persuadé que c’était « mal écrit » … Comme il se trompait ! La relecture était nécessaire, mais juste pour permettre à ce petit bijou de briller encore un peu plus… et pour convaincre l’auteur que ce qu’il avait créé serait bien accueilli.