Si vous avez écrit une thèse, c’est que vous êtes arrivé au bout d’un long parcours universitaire. C’est un travail qui, souvent, s’étend sur plusieurs années. Si vous envisagez de confier votre thèse à un correcteur professionnel c’est bien sûr une bonne idée : je suis habitué à effectuer des corrections de thèses ! Vous avez passé tellement de temps plongé dans votre travail que vous ne pouvez plus prendre le recul suffisant pour vous assurer que votre texte est agréable à lire.

Vous avez peut-être pu relever des erreurs de grammaire et des fautes d’orthographe, mais sur un volume aussi important vous de pouvez pas relire votre travail une dernière fois, intégralement, avant la soutenance. La syntaxe doit être irréprochable, et vos idées bien mises en valeur. Vous avez passé trop de temps à mener à bien votre recherche pour vous contenter de l’à peu près à la dernière étape. Il vous faut maintenant faire la meilleure impression possible sur votre jury. Un bon travail de relecture apportera la dernière touche indispensable à la qualité finale de votre travail.

Étape 1 : Prendre contact avec un correcteur sans trop tarder

Est-il utile de préciser qu’il ne faut pas attendre le dernier moment pour penser à la correction de votre thèse ? Il m’est pourtant arrivé de devoir refuser une correction parce que le délai était insuffisant. Est-il raisonnable d’envisager la correction soignée d’un document de 300 pages, ou plus, en une semaine ? Accepter ne serait pas honnête ! J’ai dû expliquer que je n’utilisais pas de correcteur automatique !

D’autre part, il faut savoir qu’une correction échelonnée est toujours possible. Vous n’avez pas besoin d’attendre d’avoir écrit la dernière ligne de votre thèse pour vous adresser à votre correcteur. Plus d’une fois, j’ai corrigé des travaux de thèse chapitre par chapitre, à mesure qu’ils étaient écrits… et soumis à l’appréciation du directeur de recherche.

Étape 2 : Corriger l’orthographe de votre thèse évidemment, mais pas seulement !

Il faut éliminer les fautes d’orthographe, c’est évident ! Mais bien sûr votre correcteur ne va pas s’arrêter là ! Il y a bien d’autres choses à vérifier avant d’obtenir un résultat parfait, et l’aide d’un correcteur professionnel est loin d’être négligeable.

Correction de la syntaxe de votre thèse

Pour une thèse, le style d’écriture est très important. Il est indispensable de corriger les tournures de phrases maladroites, pour que le contenu soit davantage mis en valeur et plus compréhensible, plus agréable à lire. Changer l’ordre des mots d’une phrase peut apporter un tout autre éclairage au texte. Il faut surtout éviter que les lecteurs, en l’occurrence les professeurs membres du jury, soient obligés de relire certains passages plusieurs fois pour arriver à en dégager le sens.  L’orthographe et de la grammaire, si elles ne sont pas correctes, peuvent empêcher de bien comprendre les idées. La syntaxe est comme le rythme d’une musique : il ne suffit pas que les notes soient justes pour que la mélodie soit belle !

Correction de la grammaire de votre thèse

Les subtilités de la grammaire peuvent être un guide précieux pour une bonne compréhension. Il ne faut pas risquer d’engager le lecteur dans un contresens par la faute d’un accord mal fait. Il faut tout comprendre sans avoir l’impression que cela demande un effort. La grammaire est très importante, car elle donne des indices qui permettent de garder le fil du sens, même si le texte est complexe.

Concordance des temps

Dans quel domaine votre recherche se situe-t-elle ? Quel qu’il soit, même s’il ne s’agit pas de littérature, il est indispensable que la conjugaison et ses accords soient parfaitement maîtrisés. La concordance des temps doit être appliquée avec rigueur et logique, le style ne pourra qu’être bonifié. Même si vous avez déjà écrit de nombreux textes universitaires, votre correcteur professionnel pourra vous apporter la touche finale qui fait la différence.

Confier la correction de votre thèse à un œil extérieur ne doit pas vous sembler un problème.

Avant d’en arriver à la date de la soutenance, vous aurez déjà confié votre thèse en cours d’écriture à l’appréciation de votre maître de recherche. Vous aurez eu des éléments pour modifier ou faire évoluer vos différents chapitres. Votre correcteur apportera sa modeste mais indispensable contribution à ce qui devient alors un véritable travail d’équipe. À ce point de votre parcours universitaire, vous n’avez plus à avoir peur d’un quelconque jugement, le regard de l’autre fait partie du jeu !

Conclusion sur la correction des thèses

Les corrections de thèses sont moins fréquentes que celles des mémoires ou rapports de stage, ce qui est logique. Chaque fois que j’ai eu l’honneur d’être sollicité pour collaborer à la finalisation de ces travaux, j’ai appris des choses passionnantes et parfois découvert des parcours fascinants. Depuis 2013, j’ai eu des clients d’origines diverses, travaillant dans des domaines aussi différents que l’histoire, le droit, la psychologie, la sociologie ou la littérature comparée. J’ai beaucoup apprécié ces collaborations davantage axées sur le long terme. Il était très appréciable de travailler avec des délais de livraison déterminés en fonction des envois successifs aux maîtres de recherche. Je n’ai jamais été en retard !